Berti attache de l’importance aux produits bio locaux

Mon Dieu, je ne vous l’ai pas encore dit :

il y a quelque temps, j’ai perdu la parole et l’appétit – j’ai vu deux émissions à la télévision.
Les unes étaient pires que les autres et les deux émissions n’avaient qu’un seul thème :

Notre alimentation !

Brrrr ! Je suis content que tout ce que je mange ici, chez Salzburger Getreidemühlen, provienne d’exploitations biologiques autrichiennes. Pas seulement les céréales ou les miettes de pain que j’attrape. Non, il m’arrive aussi d’attraper un reste de casse-croûte – avec de la saucisse bio dessus. Ce sera mon festin ! Ou du fromage au lait d’alpage autrichien !

Je me sens vraiment bien ! Mais qu’en est-il de tous ces pauvres gens ? Qui mangent la viande de vaches nourries au maïs et non à l’herbe ?
Et que dire de tous ces pauvres animaux, je suis encore plus désolée pour eux. Ils ne peuvent pas s’en empêcher, ils ne peuvent rien changer. Je peux toujours trouver une nouvelle maison si je ne me plais plus chez les moulins à céréales de Salzbourg.
Par exemple, les millions de poulets qui doivent vivre dans de sombres poulaillers et ne peuvent plus se tenir debout, car ils doivent grandir si vite. Je ne peux même pas penser à ces pauvres amis animaux. Je sais aussi que cette viande n’atteint pas la qualité de nos poules autrichiennes élevées en plein air, qui pondent aussi des œufs heureux !

Soyez intelligents et mangez quelque chose d’intelligent – c’est une vraie blague !

Votre bon Berti !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Retour haut de page